Guide de la gestion de projet digitale

Téléchargez notre Guide Ultime de gestion de projet digitale pour vous aider à piloter vos transformations et faire les bons choix !

Blog

Qu’est-ce qu’une usine à sites web ?

18 juin 2018
Accueil du Blog   /   #Technologies Web   /   Qu’est-ce qu’une usine à sites..
Introduction
Partagez

Vous exploitez différents sites Internet et vous cherchez à mutualiser les coûts et industrialiser les processus de développement ? Vous gérer plusieurs sites de marque/produit avec des besoins similaires et vous vous dites qu'une usine à site vous permettrait de lancer plus rapidement des nouvelles marques/produits ? L'usine à site est souvent une solution pour répondre à ces questions, mais de nombreuses méthodes et outils différent dans la réponse fonctionnelle et technique.   

Dans cet article, nous abordons la question de la définition de l'usine à site et de ses différences avec les notions de "multi-site". Nous vous apportons quelques exemples d'usage où l'usine à site apporte une réelle valeur ajoutée. Et nous évoquons quelques solutions qui répondent au besoin.

1. Qu'est-ce qu'une usine à site ? Quelles différences avec le multi-site ?

Littéralement parlant, définir une usine à sites est simple. C’est un outil ou un ensemble d’outils fonctionnels et techniques permettant de déployer rapidement des sites, via un back-office accessible à des non-techniciens. En gros, avec quelques clics de souris, vous pouvez lancer un nouveau site, avec une url dédiée, des gabarits déjà pré-définis et des fonctionnalités particulières (comme un formulaire de contact, un agenda, ...).

Le multi-site, c'est plutôt la capacité technique d'un CMS (Content Management System), à propulser plusieurs sites à partir d'une seule instance technique (ie : un seul code et/ou une seule base de données). Le multi-site n'offre pas nécessairement un back-office capable de générer facilement de nouveaux sites. Il faut généralement un peu plus d'huile de coude et l'intervention d'un développpeur.

Multi-site et usine à site ne sont donc pas des synonymes, même si les technologies de l’un peuvent servir à l’autre.

Usine à site : automatiser des sites indépendants

A partir d’une liste de fonctionnalités, de gabarits et de certains paramétrages (nom de domaine, langues, titre du site, logo, …) l'usine à site permet de générer le squelette d’un site et de le mettre en service. Voire même souvent, l'usine à site offre des fonctionnalités de "duplication d'un site" pour copier-coller les contenus, les arborescences, les fiches produit... Ensuite, les responsables du site prennent le relais pour modifier les contenus et animer le site au long cours. L’administrateur central conserve, s’il le souhaite, un niveau de contrôle et d’assistance sur le site généré. D’une manière générale, chaque site produit par l'usine à site est indépendant des autres. Néanmoins, si la conception de l’usine l’a prévu, il est possible que certaines fonctionnalités ou contenus soient transverses entre les sites. C’est sans doute cette possibilité qui fait que l’usine à sites peut être assimilée au multisite.

usine à site cover

Multisite : mutualiser les moyens techniques de production

Le multisite quant à lui est un abus de langage, il s’agit en fait d’une solution de gestion capable de gérer plusieurs sites. Ainsi, c’est le partage (ou non) du backoffice, jusqu’à l’infrastructure d’hébergement qui caractérise l’outil de gestion multisite.

Comme souvent, c’est le besoin qui va déterminer la mise en œuvre d’une usine à sites. Plusieurs stratégies peuvent conduire à un tel choix.

Quels sont les avantages de l'usine à site ?

Une usine à site pour mutualiser les moyens

Clairement, les usines à site présentent les avantages suivants : 

  • Diminution des coûts unitaires de production de chaque site
  • Diminutions des coûts globaux de maintenance de l'ensemble du dispositif, avec notamment la possibilité d'avoir des outils de monitoring centralisés
  • Mutualisation des moyens (équipes techniques, hébergement, maintenance, ...)

Le TCO (coût global) d'un site est drastiquement réduit dès lors qu'il s'intègre dans une usine à site.

Une usine à site pour garantir la gouvernance des contenus

Dans le cadre d'organisations éclatées, dispersées géographiquement, avec une grande indépendance entre les services/BU/marques (...), l'usine à site présente le moyen de re-constituer une trajectoire commune et une gouvernance partagée. Ainsi, tous les contenus peuvent être accessibles en un seul et unique endroit, vous pouvez constituer un "hub" de contenu partageable entre marques/filières/... 

Et surtout, ces contenus partagés peuvent être reliés automatiquement et de manière harmonieuse à vos autres outils de production : PIM (gestion des produits), DAM (gestion des médias), CRM et autre outils de gestion.

Enfin, vous pouvez suivre l'ensemble de l'activité de production par pays, langue, contributeur, ... et identifier ainsi les assets les plus efficaces et ceux méritant d'être optimisés.

Une usine à site pour harmoniser les pratiques

INTERNATIONAL

Dans le cas d'organisations présentes sur plusieurs pays et continents, et lorsque la direction de la communication Groupe souhaite donner un cadre commun d'usage, l'usine à site est un excellent levier d'harmonisation des pratiques. L'usine à site offre à la fois l'avantage de fournir un outil commun à toutes les équipes internationales dans chaque pays, et laisse également la possibilité à chaque pays de personnaliser ses contenus.

Selon les choix de paramétrage de l'usine à site, il est ainsi possible de laisser plus ou moins de latitude à chaque pays/région sur les modifications de forme, de mettre en place un circuit de validation des contenus, ...

Moyennant un peu de développement, il est même possible de partager des contenus permettant ainsi au siège de communiquer localement ou aux sites de mutualiser une partie de leurs efforts. On notera que l’usine à site peut aussi être un outil de reprise de contrôle de la communication locale.

Le marketing peut aussi se prêter à l’exploitation d’une usine à sites, notamment pour différents catalogues ou pour la présentation de différents produits via des minisites. Chaque produit dispose d’une page dans un site catalogue et d’un minisite de présentation détaillée. Il faut simplement prendre garde à l’information redondante qui est à proscrire pour le SEO.

Cette démarche peut également s’organiser par gamme ou par marché en fonction des besoins de l’entreprise.

L'usine à site est un levier de décentralisation et d'harmonisation : vous apportez à plusieurs équipes d'une même organisation une plateforme technique homogène leur permettant de piloter leur stratégie de contenu.

 

Une usine à site ecommerce pour gérer différents catalogues et boutiques

Lorsque l’entreprise a une forte activité ecommerce et que celle-ci s’exprime à travers une offre riche et variée, la déclinaison de sites pour la vente est un moyen de préserver les investissements tout en gardant de grandes latitudes, par secteur, par gamme ou même par produits. Cela peut également servir une stratégie SEO qui serait d'exploiter un nom de domaine par univers sémantique de vente.

Le multi-site ou l'usine à site peut servir le besoin de : 

  • gérer différents catalogues, mais issus d'un même référentiel produit ;
  • gérer différents canaux de ventes avec différentes grilles tarifaires mais connectées à un même ERP ;
  • gérer différentes déclinaisons internationales avec des processus de vente et d'achat spécifiques aux régions visées ;
  • ...

C’est avant tout la mutualisation des moyens qui dominera à l’heure du choix. C’est une spécialité des solutions multisites. Néanmoins, si des disparités importantes apparaissent entre les sites, par exemple entre les gammes (homme ou femme, standard ou marine, …) ou les publics (professionnels ou grand public, interne, clients ou partenaires) l’usine à sites est à considérer. La démarche peut aussi compléter celle du marketing vue précédemment.

Cette mutualisation est également particulièrement intéressante car chaque site dispose de son autonomie propre et en même temps est lié aux outils communs tels que le CRM, l'ERP, le marketing automation, le DAM ou le PI, ...

Une usine à site pour préserver l'autonomie et l'indépendance de filiales, services, produits, ...

Un peu de la même manière qu’à l’international, l’entreprise peut avoir plusieurs activités, autonomes mais néanmoins sous la même bannière. Dans ce cas, l’usine à sites peut apporter une réponse efficace aux besoins. C’est d’autant plus vrai pour la communication interne lorsque les activités sont effectivement distinctes. Dans ce cas, la normalisation et la mutualisation apportées par l’usine à sites seront très appréciées et on préservera tout de même l’autonomie de contenus et de services.

Il importe dans ce cas de néanmoins bien mesurer les différences attendues entre chaque site. L'usine à site peut parfois empêcher une des activités de proposer des services et outils spécifiques. Dans ce genre de cas, il est important de se poser la question de la possibilité de l'usine à site à "sortir" le site de l'usine à site pour qu'il vive par la suite une existance indépendante et qui s'éloignerait des limites fonctionnelles et techniques de l'usine à site.

Un atout essentiel pour le time to market

C'est l'un des arguments clé de l'usine à site. Parce qu'il n'y a besoin d'aucune intervention technique, et parce que les fonctionnalités et gabarits sont déjà définis, le délai de mise en place est extrêmement court. 

Ainsi, lorsque l’on dispose d’une usine à sites, ce délai peut être de 1 à 3 semaines, parfois de quelques jours lorsqu’il s’agit d’un site standard, c’est-à-dire dans un cadre et une forme déjà modélisés. Seul le temps de rédaction et d'intégration des contenus est à prendre en compte.

Ce délai est évidemment à comparer aux quelques mois incompressibles pour lancer un nouveau projet digital, depuis les étapes de conception, d'ux, de design, de développement et de recette. 

Cet aspect de réduction des délais ajouté à la mutualisation des coûts de développement et d’hébergement permet de projeter le retour sur investissement de l’usine à sites. Ainsi, la normalisation de la communication et l’autonomie des équipes locales sont des avantages financés.

Un ROI assez évident : une usine à site rend le coût individuel d'un site bien moins élevé.

C'est souvent l'argument massue. A partir du besoin de gérer une dizaine de sites, le ROI est assez visible. A titre d'exemple, chez Adimeo, nous pouvons lancer des projets d'usine à site à partir de 50K et le coût unitaire de lancement (initialisation, redirections 301, production de quelques contenus, ...) ne dépasse pas 3-5K€ (c'est un exemple bien sûr à prendre avec des pincettes. Tout dépend de votre contexte).

2. Quelle technologie pour mon usine à sites ? 

Deux voies sont possibles pour construire une usine à sites : utiliser une solution du marché, ou la construire à partir d’un framework.

De fait, les solutions packagées sont plus proches de la fonctionnalité multisite que de l’usine proprement dite. Ainsi par exemple, Wordpress est nativement multisite et permet de créer rapidement des sites enfants avec leur propre thème. La Fédération Française de Football utilise ce moyen pour les sites de ligues. Mais cela n’est pas vraiment une usine à sites, même si avec du développement spécifique on peut s’en rapprocher.

Il s’agit plutôt d’un environnement technique configuré et enrichi dans la démarche de production de nouveaux sites. Certains des grands outils CMF (content management framework) comme Jahia ou EzPublish proposent de bons moyens dans cette optique. Par exemple, l’INRA a construit sa galaxie de sites sur une solution Ez.

Drupal, comme Typo 3, se positionnent entre les deux. Lorsque les particularités fonctionnelles restent raisonnables, ces solutions sont de bons choix car elles permettent d’exploiter leurs capacités multisites natives et leurs dispositions au développement spécifique.

Des solutions propriétaires, ou intégrant une logique Paas (Platform As A Service), tiennent aujourd'hui le haut du pavé pour répondre aux besoins d'organisations étendues amenées à gérer plusieurs dizaines, centaines de sites. On peut ainsi citer Acquia Cloud Site Factory, qui exploite une version industrialisée de Drupal, et qui équipe tous les sites Internet de Nestlé. SiteCore est une solution particulièrement diffusée dans des grands groupes et équipe notamment les marques de L'Oreal. La solution Adobe est également riche de nombreuses fonctionnalités de gestion multisite. Cette dernière solution présente notamment l'avantage d'être intégrée à toute la suite de personnalisation d'Adobe. Les coûts de déploiement et d'infrastructure de ces solutions restent néanmoins élevés.

Enfin, il reste toujours possible de construire son usine à sites par un développement ad hoc, au moins sur la base d’un environnement spécialisé comme php/symfony ou java/spring. Le besoin doit alors être très particulier pour justifier d’un tel investissement.

Modèle de cahier des charges pour une usine à site

 

 

Vous exploitez différents sites Internet et vous cherchez à mutualiser les coûts et industrialiser les processus de développement ?

Nous vous accompagnons dans votre projet d'usine à sites web.

Publié par
Adimeo